Démarches en ligne
Effectuer une démarche en ligne

ETAT CIVIL

Demande d'acte d'état civil

Demande de carte d'identité

Demande de passeport

URBANISME

Permis de construire

Pose d'enseigne publicitaire

OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC

Demande d'autorisation de stationner

Demande d'autorisation d'occupation du domaine public (travaux)

Demande d'autorisation d'occupation du domaine public (commerce)

ENFANCE

Espace Famille

DIVERS

Demande d'autorisation d'ouverture de débit de boissons temporaire (buvette)

Demande d'arrêté municipal

Réservation de salle

Marchés publics

Demande d'autorisation de loterie

Formulaire nettoyage des tags

Inscription sur les listes électorales

MARCHÉ DE NOËL

Formulaire d'inscription

Réglement

3 offres d'emploi pour 21 recrutements

Espace Famille
Planning des
équipements sportifs
Maison des associations
Réservation de salles
Journal de Redon
Voir tous les journaux
Plan de Redon
Contacts & horaires

Logo RedonHôtel de Ville
18, Place Saint-Sauveur
CS 80254 - 35601 Redon Cedex

Tél. : 02 99 71 05 27
Fax : 02 99 72 24 54

Du lundi au vendredi :
de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30
(le vendredi fermeture à 16h30)

Le samedi : de 9h à 12h
(état civil uniquement)

Accueil > Tourisme > Musée de la batellerie > La restauration du chaland Con...

La restauration du chaland Condorcet

Le chaland nantais "Condorcet" a rejoint son port d'attache le 15 juillet 2006 après deux ans de retourcondorcet restauration sur le site des chantiers où il a vu le jour en 1910.
En effet, comme l'atteste son carnet d'immatriculation ce "chaland en fer ponté" de 26,70m par 4,60m, a été construit aux "Ateliers et chantiers de Bretagne" à Nantes, à la demande de Victor Huteau, marinier de La Chapelle-Basse-Mer (Loire-Inférieure).
Au bout de 12 ans de bons et loyaux services, il devient la propriété du cousin de son premier propriétaire: Henri Huteau, marinier ayant pour port d'attache la commune de Blain. Ce dernier, pour acheminer diverses marchandises, effectue des rotations régulières entre Nantes et Redon, poussé par le vent dans les plaines de Mazerolles et à partir de l'écluse de Quiheix, halé par un cheval. Cette situation change en 1932, année où le chaland est motorisé et subit des modifications notoires, consistant à transférer la cabine d'habitation de l'arrière au milieu, pour permettre l'installation de l'appareil propulsif. Ce nouvel équipement lui permet alors de réaliser des voyages plus importants.

Après un passage de témoin entre les parents et leurs enfants Jeanne et Henri, ceux-ci restent célibataires et poursuivent l'activité comme un couple de mariniers jusqu'en 1964. A cette date, l'heure de la retraite ayant sonné, leur dernier affréteur propose de racheter le bateau en viager... Ainsi, l'entreprise exploite le chaland jusqu'à... son dépôt de bilan en 1982. Abandonné quai Saint Cyr à Rennes, le bateau devient alors le lieu de résidence de vagabonds, qui finissent par incendier la cabine d'habitation. Totalement délaissé, une voie d'eau s'étant déclarée à l'avant, il demeure un certain temps le "nez" piqué dans l'eau.

Des travaux étant prévus sur les quais de Rennes, l'administration finit par retrouver sa dernière propriétaire Mademoiselle Huteau alors mise en demeure de libérer le quai (la société exploitant le bateau ayant cessé de verser le viager à Jeanne*... Huteau, celle-ci redevenait propriétaire). A cette époque, la ville de Redon étant à la recherche de bateaux pour enrichir les collections du Musée de la Batellerie, il n'est pas très difficile de parvenir à un accord. Après un renflouement effectué par les pompiers, "Condorcet" peut se rendre aux chantiers Merré à Nort/Erdre, où un sablage de la coque révèle l'état de vétusté des oeuvres vives. C'est alors par la route qu'il revient à Redon et est exposé sur le quai Jean Bart. Dans un but de préservation de ce chaland -dernier de cette génération en Bretagne à ne pas avoir été transformé en habitation- la place d'un bateau étant plus naturellement sur l'eau qu'à terre, une réflexion s'engage alors pour sa remise en état générale. La première démarche pour sa préservation, est d'obtenir son inscription sur la liste des objets mobiliers classés parmi les monuments historiques le 10 octobre 1984. Ce premier pas franchi, reste à trouver les moyens nécessaires à cette restauration. Une rencontre tout à fait intéressante a lieu lors du chantier de construction de la péniche pour personnes handicapées "Cap-Vert". Ce projet réalisé par l'association ATAO sous la responsabilité technique de l'association "Histoire de la construction navale", nous révèle toutes les compétences requises pour travailler sur le "Condorcet".

C'est grâce aux institutions et à de nombreux dons en matériaux (tôles, cornières, peintures...) que retour condorcet3 le chantier d'insertion ATAO oeuvrant ainsi pour la réhabilitation du patrimoine fluvial tout en redonnant goût au travail à des personnes en difficulté, mène à bien le travail qui permet au chaland d'être lancé de la cale n° 3 le 24 juin en ouverture des "Rencontres du fleuve", pour ensuite rejoindre Redon.

A lire également